Commercialiser ses produits à l’international


Affaires juridiques, marketing, ressources humaines, douanes … Le commerce extérieur de produits et services doit s’inscrire dans une démarche réfléchie et structurée qui n’atteint pas pleinement son objectif! transporteur voulait donner un aperçu des choses importantes à retenir. Un fichier complet qui sera bientôt disponible en téléchargement au format PDF.

Utilisez le commerce

Afin de vous implanter sur un marché local, sans structure sur site, il peut être judicieux de faire appel à un commercial. Ce dernier vous montrera et vous approchera, vous apportera des ventes et du «lead». Cependant, la règle essentielle est l’établissement d’un contrat d’agent commercial (le « contrat d’agent »). Ce dernier est différent si l’agent commercial opère dans un pays de l’Union européenne ou dans un pays tiers.

Dans l’UE La directive de 1986 établit un cadre commun pour la conclusion d’un accord d’agence par tous les États membres de l’Union. Il définit ce dernier comme un individu qui, en tant qu’intermédiaire indépendant, est en permanence responsable de négocier la vente ou l’achat de biens à une autre personne, […] dénommé «mandant», c’est-à-dire négocier et mener à bien ces actions au nom et pour le compte du mandant ». Les autres articles harmonisent et clarifient les clauses de l’accord qui différaient avant la directive.

Pour plus d’informations sur le rôle d’un agent commercial dans l’UE:

http://cabinetfoussat.com/avocat/avocat-agent-commercial/statut-agent-commercial/statu-agent-commercial-en-europe/

Hors UE En dehors de l’Union européenne, les règles varient énormément d’un pays à l’autre et il n’y a pas de règles internationales. Les importations sont alors la nationalité de l’agent commercial. L’embauche d’un agent dans votre pays de naissance peut être particulièrement importante, d’autant plus que certains pays n’autorisent pas les étrangers à exercer en tant qu’agent commercial (par exemple, au Moyen-Orient). Le contrat d’agence est généralement régi par la loi du territoire sur lequel l’agent opère. Certaines informations obligatoires doivent figurer dans le contrat et le contrat peut devoir être enregistré. L’idée idéale pour conclure cet accord est de contacter la CCI (Chambre de Commerce Internationale), un avocat spécialiste ou les groupes d’entreprises françaises du pays d’accueil.

Formalités douanières

Avant d’envisager d’exporter ou d’importer un produit, vous devez vérifier s’il peut traverser la frontière. Certaines marchandises (armes, batteries, appareils électroménagers, par exemple) ont une licence d’exportation, tout comme certains pays soumis à des embargos sur les armes (Syrie, Corée du Nord …) et ne peuvent ni recevoir ni envoyer de marchandises depuis leur territoire. .

Une liste complète des articles interdits ou réglementés est disponible sur https://www.transporteur.com/fr/envois-transporteur-marchandises-interdit-produits-reglementes-23.html

Chaque fichier de pays contient également des détails sur les produits dont l’importation est interdite. Vérifiez la carte du pays de destination pour savoir si votre produit est sous licence. Par exemple, des informations pour la France sont disponibles sur https://www.transporteur.com/fr/envoi-de-colis-en-france-41.html

exportation

Le DAU (Document Administratif Unique) téléchargé des autorités douanières françaises est une déclaration contenant des informations sur le produit exporté:

  • espèce (classement du produit selon la nomenclature douanière)
  • valeur (tous les composants qui composent le prix des marchandises exportées)
  • origine (Pays de fabrication)

Inscrivez le montant hors taxes sur la facture lors de la déclaration DAU. Toutefois, la facture doit mentionner: « Exonération de TVA – Article 262-1 du CGI » et les déclarations légales obligatoires du pays importateur.

importations Le point le plus important lors de l’envoi de marchandises à l’étranger est la connaissance détaillée de la législation. Existe-t-il des restrictions à l’importation dans le pays de destination? Quels documents dois-je soumettre pour que mes marchandises passent en douane sans incident? Certains pays exigent également le marquage des marchandises. Dans certaines régions, la banque doit confirmer l’arrivée des marchandises importées. Il est donc recommandé de vérifier avant l’importation:

  • droits et taxes perçus lors du dédouanement
  • documents à soumettre (origine, conformité, documents de santé)
  • règles de facturation (mentions légales)
  • éventuelles restrictions à l’importation
  • étiquetage du produit
  • gestion des échanges

Procédure d’importation: paiement des droits et taxes

Quand dois-je payer des droits et taxes?

Pour les importations en tant que destinataire d’un pays hors UE, je dois « vider » mon colis afin de le livrer: je dois donc payer des droits et taxes à la douane française.

Les droits et taxes à l’importation en France sont entièrement réglementés par l’administration des douanes française. Les taxes sont d’abord perçues par les transporteurs, puis retournées à l’État.

Comment calculer le montant des droits et taxes?

Les droits sont calculés en ajoutant:
Valeur des marchandises
+ Une partie des frais de transport
ce montant est ensuite multiplié par le droit de douane déterminé en fonction du type de marchandises (voir nomenclature tarifaire).

Pour la TVA, elle est calculée en additionnant la valeur des marchandises, les frais de transport et les droits et en multipliant ce montant par la taxe en vigueur (20% de la majorité).

Notez que le calcul des droits et taxes est basé sur la réévaluation de la valeur des marchandises, y compris les frais de transport.

Y a-t-il des frais supplémentaires en plus des droits et taxes?

Les transporteurs français sont autorisés à payer les droits d’importation en leur nom et au nom du destinataire. Toutes les procédures administratives et autres formalités douanières effectuées par les chauffeurs auprès de l’administration des douanes françaises sont facturées au destinataire à titre de « frais de dossier ».

Le contrat de vente

Une fois les produits importés et prêts à la vente, la finalisation de la commercialisation reste l’étape cruciale: le contrat de vente. Ce dernier n’est pas soumis aux mêmes restrictions selon qu’il affecte les ventes entre particuliers dans le même pays ou dans différents Etats.

Si les parties sont des ressortissants de deux pays différents ou si la livraison a lieu dans un autre pays (même si les deux parties sont de la même nationalité), alors le contrat de vente est international. Il en va de même pour les entreprises B2B: si une entreprise française conclut un contrat avec une entreprise japonaise pour approvisionner la France, le droit international s’applique.

Comment ça marche? En vertu du droit européen, le Règlement de Rome prévoit, en principe, le libre choix des parties d’offrir la loi du pays du vendeur ou de l’acheteur. En l’absence de choix, le B2B a « la loi de la résidence habituelle du vendeur », tandis que les ventes en B2C sont réglementées « La loi du pays dans lequel le consommateur a sa résidence habituelle, à condition que le professionnel: a) exerce son activité professionnelle dans le pays où le consommateur a sa résidence habituelle, ou b / dirige cette activité vers ce pays ou vers plusieurs pays, dont lui. »

Il n’y a pas d’équivalent au Règlement de Rome au niveau international, et la loi applicable doit être déterminée au cas par cas. De nombreux pays acceptent et reconnaissent le principe du choix contractuel de la loi par les parties.

Conditions générales

CVG (Conditions Générales de Vente) développe la relation contractuelle entre l’acheteur et le vendeur. Ils doivent remplir des conditions formelles pour être acceptés par l’autre partie. Chaque pays verra sa propre législation précisant les moyens de communication de ces CVG. En France notamment, les CVG sont à la base des négociations commerciales et sont donc bien suivis. Ce n’est pas toujours le cas, et comme le consommateur est toujours considéré comme une partie «faible», certaines clauses peuvent être considérées comme déraisonnables ou illégales.

Garantie produit

Les lois varient à nouveau d’un pays à l’autre. En Europe, la durée minimale de la garantie de conformité (pour les nouveaux produits) est fixée à 24 mois. Dans certains pays (par exemple au Royaume-Uni), la possibilité de retourner ou de rembourser un produit peut être prolongée jusqu’à 6 ans après l’achat.

termes

Si le contrat ne prévoit pas de délais de paiement, le délai légal sera respecté. C’est dans les 30 jours civils dans l’Union européenne, mais les parties peuvent convenir de délais plus longs: ils doivent être indiqués dans l’accord. En dehors de l’UE, les délais de paiement peuvent ne pas être légalement limités (Russie, USA).

Vente à distance via un site e-commerce

L’aspect marketing ne doit pas être négligé dans le plan d’affaires international. A cette échelle, un bon moyen de faire connaître votre produit est bien sûr la vente sur Internet: rapidité, bas prix, logistique gérée… le réseau est le canal le plus efficace pour démarrer la vente à distance.

Déclarations obligatoires

Les informations obligatoires sur un site de commerce électronique en Europe doivent être conformes à la directive 2011/83 / CE relative aux droits des consommateurs. Il n’y a donc pas de réelles différences entre les États membres de l’UE. Ailleurs dans le monde, vous devez vous renseigner sur les lois spécifiques qui régissent le commerce électronique.

la protection des consommateurs

En Europe, la même directive 2011/83 / CE harmonise les délais de rétractation (14 jours) pour la réception d’un produit puis 14 jours pour le retour du produit. Si l’entreprise n’a pas notifié ce délai, celui-ci est prolongé à un an à compter de la fin du délai de rétractation initial. Cependant, certains produits sont exemptés, comme spécifié dans la directive. Par conséquent, les denrées périssables (boissons, aliments, médicaments) et certains produits (magazines, téléchargements) ne peuvent pas être retournés. Le coût du retour de la marchandise sur le site e-commerce doit clairement indiquer quelle partie est responsable de ces frais de réexpédition. Si des informations précises ne sont pas disponibles, le professionnel sera responsable de ces frais de retour. En dehors de l’UE, chaque pays fixe ses propres conditions d’exercice du droit de rétractation. Certains États n’ont pas de lois spécifiques sur la protection des consommateurs sur Internet.

Quelques ressources utiles vont plus loin

Business France: Fusion d’UbiFrance et de l’Agence française de développement international.
Blog Export: Blog Français des Affaires
Douane.gouv.fr: site des douanes françaises
GcbSourcing – Blog: un blog spécialisé dans l’import / export en Chine
FrenchDistrict: bons conseils et prestataires pour l’import / export en Amérique

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*