DANS LA PHOTO, DANS LES PHOTOS. Un incendie dans le port de Beyrouth a détruit une partie de l’aide humanitaire


L’incendie s’est déclaré jeudi dans des entrepôts du port de Beyrouth, où l’aide humanitaire fournie par le Comité international de la Croix-Rouge a été volée après la double explosion.

L’incendie a finalement été maîtrisé ce vendredi 11 septembre. Les pompiers libanais se battaient depuis la veille contre un énorme incendie signalé dans le port de Beyrouth, qui était une double explosion mortelle début août. Cependant, les flammes n’ont fait aucune victime pour le moment, mais elles ont détruit une partie de l’aide humanitaire envoyée dans le pays et mis le feu au traumatisme douloureux d’une population de plus en plus choquée.

L’incendie s’est déclaré jeudi, le stock, qui est notamment la Croix-Rouge internationale, a emporté des milliers de paquets alimentaires et un demi-million de litres de produits pétroliers. La nourriture contenait des pâtes, du sucre, du thé, des lentilles et des pois chiches, selon l’organisation. « L’explosion et l’incendie auront sans aucun doute un impact sur l’aide humanitaire du CICR, que ce soit au Liban ou en Syrie voisine », a averti la Croix-Rouge.

Photos aériennes d'un incendie déclaré jeudi 10 septembre dans le port de Beyrouth.  Houssam Shbaro / Agence Anadolu

Photos aériennes d’un incendie déclaré jeudi 10 septembre dans le port de Beyrouth. Houssam Shbaro / Agence Anadolu

Agence Anadolu via l’AFP

«Négligence» ou «sabotage»?

La protection civile libanaise a assuré que l’incendie avait été éteint, précisant que « le refroidissement se poursuivra sur place pour éviter que le feu ne se déclenche ».

[Offre limitée] Retour à l’école. 1 € par mois

je commande

De son côté, le chef de l’Etat Michel Aou, qui, jeudi soir, a mené le feu au «sabotage», «erreur technique» ou «négligence», a rencontré vendredi le Premier ministre américain. l’armée ainsi que plusieurs officiers préoccupés par le travail effectué dans le port. Michel Aoun a assuré la poursuite du déminage et de l’aide humanitaire malgré l’incendie.

LIRE AUSSI >> Comment le Liban a sombré dans la fosse en quelques mois

Jeudi, les habitants de la capitale avaient été choqués de voir la fumée noire opaque visible depuis plusieurs quartiers. L’incendie a été provoqué par un entrepôt où étaient stockés des aides, mais aussi des bidons d’huile et des pneus. Des «réparations» ont été effectuées sur le site avec une scie électrique et des «étincelles» ont provoqué un incendie, selon les «données préliminaires» du gouvernement.

Ce nouveau incident portuaire a provoqué la colère des Libanais. « République toxique« , titre du quotidien français français L’Orient-Le Jour.

« La terreur »

L’incident rappelait le jour fatidique du 4 août, lorsqu’une énorme quantité de nitrate d’ammonium stocké dans un port a explosé. « Ce qui s’est passé hier, ce sont les exercices du 4 août. Les gens ont vécu la terreur, ils se sont salués dans leur fuite », a déclaré Antoine Assaad, un habitant de la zone de Mar-Mikhaël à côté du port.

«L’incendie (jeudi) ne peut en aucun cas être justifié», a déclaré vendredi le Premier ministre libanais désigné Moustapha Adib, qui travaille à la formation d’un nouveau gouvernement. Le gouvernement précédent a démissionné à la suite du tremblement de terre. ‘explosion.

BCC Logistics, la société responsable de la gestion de l’entrepôt qui a mis le feu, a dégagé toute responsabilité dans la nouvelle tragédie et a demandé dans un communiqué de presse de « découvrir les causes de l’incendie » et a déclaré qu’elle se réserverait le droit de porter plainte.

Des chaînes humaines pour lutter contre l'incendie dans le port de Beyrouth, jeudi 10 septembre.  (Photo: Vassilis A.Poularikas / NurPhoto)

Des chaînes humaines pour lutter contre l’incendie dans le port de Beyrouth, jeudi 10 septembre. (Photo: Vassilis A.Poularikas / NurPhoto)

NurPhoto via AFP

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*