« Il n’est pas question de colère entre la Suisse et la Belgique » – rts.ch


La Suisse a ajouté, entre autres, la Belgique à la liste des zones à risque. Toute personne qui retourne en Suisse tout en restant dans ces zones doit retourner dans sa propre quarantaine.

Cette décision, qui a été respectée par les autorités belges, même si elle pourrait être affinée en fonction des spécificités régionales, estime Philippe Goffin, le ministre belge des Affaires étrangères interrogé lors du Forum.

Son travail n’est pas de commenter les décisions de politique de santé en Suisse, dit-il. Cependant, il serait possible de préciser la mesure afin que l’ensemble de la Belgique ne soit pas classé comme « zone rouge ».

Contenus, Table des matières, Contenus de la page

Diplomate ‘pas en colère’

S’il admet que certaines zones sont problématiques, comme la capitale Bruxelles ou la province d’Anvers, la situation sanitaire dans le reste du pays ne sera pas la même. «Le raffinement de la mesure pourrait s’avérer utile», prévient-il.

Cependant, Philippe Goffin nie qu’il s’agisse d’un problème diplomatique entre les deux pays. «Nous ne parlons pas du tout de harcèlement», a-t-il dit, «le travail fourni par les autorités sanitaires de chaque pays, qui peut parfois être obtenu avec les informations nécessaires, doit être respecté» pour mieux comprendre la situation réelle dans chaque pays.

Pour rappel, la Belgique elle-même avait récemment racheté les cantons de Vaud, du Valais et de Genève, provoquant une épidémie. Il était revenu après un échange avec Berne et s’était retiré des régions de Vaud et du Valais, exigeant la mise en quarantaine pour son retour à Plat Pay.

>> Écoutez l’interview complète de Philippe Goffin dans le forum:

La Suisse classe la Belgique comme une zone à risque: entretien avec Philippe Goff / Forum (vidéo) / 4 min. Mardi à 18 h

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*