Import / Export France – USA: quels changements avec Trump?


Après l’inauguration de Donald Trump et ses premières mesures en matière d’immigration ou de santé, de nombreuses incertitudes continuent de planer sur l’économie américaine et, du fait de la mondialisation, internationale.

Après ses déclarations de campagne concernant les taxes et les droits de douane, que pouvons-nous attendre du secteur extrêmement stratégique des transports et, plus généralement, de la logistique? Qu’est-ce qui pourrait changer les décisions de Trump en matière d’échanges entre les États-Unis et la France, notamment sur l’envoi de colis? Philippe Boulay, responsable du comparateur transporteurpascher.com, répond à ces questions.

Les annonces de campagne de Donald Trump sont-elles réalistes?

Donald Trump l’a répété lors de son compagnon: il n’est pas du tout favorable à un libre-échange déréglementé qui, selon lui, a causé une bonne partie des maux dont l’Amérique souffre. Soulignant l’externalisation et les importations massives, il a annoncé la mise en place rapide de nombreux outils protectionnistes, dont une taxe d’au moins 20% sur les produits industriels importés; une autre taxe en cas d’externalisation d’une chaîne de production par des sociétés américaines; ou une taxe ciblant spécifiquement les produits chinois.

Ces scénarios restent possibles, mais cependant peu probables selon Ph. Boulay: « Dans leurs diverses crises économiques passées, les États-Unis ont utilisé le protectionnisme comme bouclier, en particulier la montée des barrières douanières: après la Grande Dépression des années 30, ou la crise des » subprimes « de 2008. Donald Trump a bien joué sur ces effets publicitaires pendant la campagne, la situation est bien différente aujourd’hui qu’à l’époque.  »

Pragmatisme, manque de soutien, accords: les freins au protectionnisme

Indépendamment de Donald Trump et de son slogan (« Make America Great Again »), ses analyses parfois alarmistes partagées pendant la campagne sont loin de la vérité, du moins d’un point de vue économique: loin de l’apocalypse parfois décrite par ses partisans, « L’économie américaine se porte plutôt bien dans l’ensemble, explique Philippe Boulay, avec un chômage de masse en forte baisse et des taux de croissance positifs depuis 2009: c’est ce qui pousse la Banque centrale à relever les taux d’intérêt ailleurs. Bien sûr, la classe ouvrière n’a pas pleinement profité de la mondialisation et les inégalités augmentent aux États-Unis. En revanche, l’Amérique est loin d’une situation économique nécessitant une autarcie soudaine et soudaine.

«  Sans parler des risques importants que constituerait une hausse forte et rapide des tarifs douaniers à l’entrée aux USA. « La balance commerciale américaine est fortement déficitaire (528 M $ en 2015, ndlr) parce que son économie est loin de l’autosuffisance. L’augmentation soudaine des droits de douane pourrait déclencher une guerre commerciale avec les principaux exportateurs aux États-Unis (Mexique, Chine) et les importateurs les plus importants (Canada, Europe, Mexique, Chine). « , explique Ph. Boulay.

Un autre obstacle supplémentaire et non négligeable mine également le scénario d’autarcie: les accords commerciaux en place depuis plusieurs années (parfois, plusieurs décennies) que Trump ne sera probablement pas en mesure de violer d’un simple mouvement de poignet. « S’attaquer à la Chine, que Trump a cité à plusieurs reprises au cours de sa campagne, attaque le troisième plus grand consommateur de services et de biens américains, mais surtout le premier exportateur vers les États-Unis, rappelle Ph. Boulay, donc le principal « fournisseur » américain, par exemple pour l’iPhone ou les chaussures haut de gamme de la fille de Donald Trump, Ivanka. Cela remettrait complètement en cause le fonctionnement global de ces dernières décennies, tout en ne jouant soudain plus selon les règles du jeu établies d’un commun accord entre les deux pays. « D’autant plus que le soutien dont Donald Trump aura besoin pour imposer des hausses tarifaires est loin d’être assuré: « Malgré la victoire des républicains à deux chambres, le Congrès est sceptique quant à l’élection de Trump, qu’il n’a pas appuyée massivement. Historiquement, le parti a également été un ardent défenseur du libéralisme. ».

Autant d’obstacles qui modèrent l’ardeur des projets de politique douanière et fiscale de Donald Trump et qui ne devraient donc pas remettre en cause, à court et moyen terme, les échanges entre Fance et les États-Unis: « Concrètement, les transporteurs et les opérateurs logistiques ne devraient pas souffrir de l’élection de Donald Trump. Leur force de négociation est très importante, et leurs intérêts sont défendus avec pertinence aux États-Unis et en France. Expose un pays à la hausse des prix, à des mesures de rétorsion, une dégradation des importations-exportations et, finalement, une dégradation de la compétitivité. « Enfin, les particuliers n’ont pas à craindre une hausse des prix des expéditions de colis, conclut Philippe Boulay: << Les échanges entre particuliers restent presque systématiquement épargnés par les décisions protectionnistes, car ils n'affectent pas les économies nationales, même aux yeux des opposants les plus farouches au libre-échange, tout comme les importations massives qui sont, par définition, à l'initiative des entreprises.

Sources:

Le Figaro, section économie; Perspective monde, Université de Sherbrooke, Les Affaires, 2016, transporteurpascher.com, 2016/2017 http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?codeTheme=7&codeStat=NE.RSB.GNFS.CD&codePays=USA&optionsPeriodes=Aucune&codeTheme2 = 7 & codeStat2 = x & codePays2 = USA & optionsDetPeriodes = avecNomP & langue = frhttp: //www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/09/17/20002-20150917ARTFIG00192-le-discours-protectionniste-de-donald-trump -souleve-des-inquiudes -atlantique.phphttp: //www.lesaffaires.com/blogues/francois-normand/preparez-vous-au-protectionnisme-americain/587468Image ouverte

La source:

Anglais: Donald Trump s’exprimant lors d’un discours sur la politique d’immigration à Phoenix, en Arizona.
Español: Donald Trump el 31 août 2016 en un discurso sobre inmigración en Phoenix
Date: 31 août 2016

Source: Travail personnel
Auteur: Gage Skidmore License https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.en

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*