Kühne + Nagel dépasse toutes les attentes au premier semestre


Zurich (awp) – La performance du groupe de transport et de logistique de Kühne + Nagel a diminué au premier semestre, mais a clairement dépassé les attentes du marché malgré la pandémie. En raison des bons résultats à moyen terme, la société entend proposer à ses actionnaires le paiement des dividendes pour 2019, initialement reporté.

Les ventes de janvier à juin se sont élevées à 9,81 milliards de francs suisses, en baisse de 7,5% par rapport à l’année précédente, a déclaré mardi Schindellegi Logistics dans un communiqué. Le PIB baissera de 9,1% à 3,65 milliards.

Sur le plan opérationnel, le bénéfice avant intérêts et impôts (EBIT) a diminué de 18,0% à 419 millions. Le résultat net après intérêts minoritaires s’établit à 308 millions, soit 19,4% de moins qu’au premier semestre 2019. La société souligne l’impact positif des gains de parts de marché et des économies de coûts engagés au cours de l’année. une échelle de groupe.

«Les décisions stratégiques prises ces dernières années ont également eu un impact positif pendant la crise des coronavirus», a commenté Jörg Wolle, président du conseil d’administration, soulignant que grâce à la numérisation, l’entreprise est restée pleinement opérationnelle même pendant la naissance.

Dividende confirmé

Sur la base de ce résultat, la société invitera ses actionnaires à l’Assemblée générale extraordinaire de début septembre pour proposer un dividende de CHF 4.00 par action pour l’exercice 2019 après sa distribution sous forme de dividende. d’abord suspendu à la pointe de la crise pour maintenir sa liquidité.

Grâce à une bonne maîtrise des coûts et à une bonne flexibilité, l’entreprise a réussi à compenser les effets les plus graves de la crise, a déclaré le directeur financier Markus Blanka-Graff à AWP.

Le développement du transport aérien a été particulièrement encourageant en raison de la demande de transport de marchandises essentielles. En général, la majeure partie de ce segment est transportée en soute pour avions. Mais comme cela n’était pas possible, la société a été contrainte d’improviser et de louer ses propres avions.

«De nombreux clients voulaient transporter des marchandises telles que des masques, mais une capacité similaire n’était pas disponible», a expliqué Blanka-Graff, avec une reprise progressive normale impliquant le début du voyage en avion. commercial.

Pas de vols intercontinentaux

Cependant, les vols intercontinentaux font toujours défaut, a déclaré le directeur, «  » le trafic aérien international ne reviendra pas à la normale avant la fin de l’année « . Dans ce contexte, on ne peut pas s’attendre à ce que le volume se redresse d’ici la fin de l’année au niveau de 2019.

La direction de Kühne + Nagel s’est abstenue de faire des prévisions quantitatives pour le reste de l’année. Malgré l’assouplissement progressif de la situation du marché, la société continuera à «suivre de près les effets de la crise des coronavirus au second semestre», a déclaré Wolle.

Les chiffres publiés par le groupe Schwyz ont clairement dépassé les attentes les plus optimistes des analystes interrogés lors de l’enquête AWP à presque tous les niveaux. Seul le PIB se situait en haut de la fourchette de réflexion.

Dans son commentaire, la Banque cantonale de Zurich (ZKB) se félicite du fait que Kühne + Nagel ait pu rester pleinement opérationnelle pendant la crise grâce à la numérisation, voire gagner des parts de marché avec succès. Le groupe a réussi à profiter du manque de capacité sur les vols commerciaux en louant ses propres avions.

Plus tard, Jefferies a, pour sa part, souligné la résilience nettement plus faible de la logistique de Schindelleg par rapport à ses concurrents DSV Panalpina et DHL, et le résultat opérationnel (Ebit) devrait baisser de 43% au second semestre.

Les investisseurs n’ont pas été pleinement convaincus par le rapport semestriel du groupe Schwyz. Après que le tourbillon a ouvert le prix à un record annuel de plus de 168 francs suisses, Kühne + Nagel immatriculée a rapidement perdu de sa splendeur. À 15,55, il a reculé de plus de 1,7% à 159,85 francs suisses, tandis que l’indice de référence (SLI) a augmenté de 0,34%.

pcs // rp

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*