le certificat d’employeur ne sera plus requis pour le transport en Ile-de-France à partir du 16 juin


Alors que les indicateurs de santé restent très encourageants, le président Emmanuel Macron s’est concentré sur son discours du dimanche 14 juin. « Tourner la page vers le premier acte de la crise », répondant à des demandes de plus en plus pressantes d’accélérer le rythme.

Les cafés et restaurants d’Ile-de-France ont pu rouvrir normalement lundi, tandis que les jardins d’enfants, écoles et lycées seront pleinement opérationnels à partir du 22 juin. L’ensemble de la France métropolitaine passe ainsi au vert, et les seuls points de vigilance sont toujours à Mayotte et en Guyane, où la propagation du virus est encore très active.

En France, « La plupart de l’épidémie [de Covid-19] est derrière « , a déclaré lundi le ministre de la Santé Olivier Véran au LCI, tout en notant que la lutte contre le nouveau coronavirus (SARS-CoV-2) n’est pas encore terminée, et a rappelé que des mesures de confinement et d’autres restrictions restaient en place. La France est revenue à la libre circulation lundi matin avec la plupart des pays européens.

En France, 29 décès supplémentaires ont été enregistrés lundi soir, portant le nombre de décès à 29 436 depuis le début de l’épidémie, a fait savoir la direction générale de la santé. Le nombre de patients traités dans les unités de soins intensifs continue également de chuter à 846, soit 23 de moins que dimanche.

Cet article est réservé à nos abonnés Lire aussi « L’Etat est coincé »: Emmanuel Macron se réjouit de sa gestion de crise

Le certificat d’employeur n’est plus obligatoire dans les transports en commun pendant les heures de pointe d’Ile-de-France à partir de mardi, a annoncé lundi la préfecture dans un communiqué.

« Alors que l’Ile-de-France passe dans la zone verte » et « Conformément à la déclaration de Valérie Pécresse, Présidente d’Ile-de-France Mobilités »Michel Cadot, préfet de la région Ile-de-France, « Il a été décidé de mettre fin au système de certification des transports publics » à partir de mardi pour aviser la préfecture. Mais l’utilisation d’un masque reste « obligatoire ». Le non-port d’un masque entraînera un billet de 135 €.

Les employeurs sont « Encourager le maintien du télétravail là où ils le peuvent ainsi qu’un système d’entrée à plusieurs niveaux pour éviter un trafic excessif », définit la préfecture régionale, et « Les utilisateurs sont priés de respecter les obstacles à la circulation lorsque cela est possible ».

Lire aussi La divulgation s’accélère: restaurants, frontières, cinémas, écoles … quelles restrictions s’appliquent encore?
  • Protocole de santé simplifié dans les écoles

Invité en Europe 1, Jean-Michel Blanquer, ministre national de l’éducation, a annoncé lundi qu’une nouvelle version du protocole de santé scolaire serait présentée mardi. « Remise complète: réduction de la distance physique ». Désormais, il faut respecter la distance« Un mètre latéral entre chaque élève », et jusqu’à 4 m2 par élève, ce qui permet « tous les étudiants ».

Ce nouveau protocole entrera en vigueur le lundi 22 juin, date à laquelle  » obligatoire pour tous les élèves et conformément aux règles normales de participation « , comme l’a déclaré le président Emmanuel Macron dans son discours dimanche soir. Des obstacles et un lavage régulier des mains sont toujours nécessaires.

Cet article est réservé à nos abonnés Lire aussi Jean-Michel Blanquer, sur une communication bien huilée avec les pulls de gestion de crise

« Il n’y a plus de raison de ne pas trouver d’école »que ce soit des étudiants ou des enseignants, sauf pour des raisons de santé, a déclaré Blanquer. exigeant: « La règle est le retour de tous. »

Y compris continuer maintenant « Tout dans l’espace vert », « La force est toujours à la hausse (…). Les chefs ont beaucoup de latitude », qui peut proposer des initiatives. Sa différence de traitement entre les écoles et les collèges est due à des raisons de santé et d’éducation.

Cet article est réservé à nos abonnés Lire aussi «Nous nous sommes perdus, tout comme les élèves»: les enseignants rapportent à distance trois mois d’école
  • Le deuxième tour municipal a été reporté en Guyane mais a été maintenu à Mayotte

Après avoir entendu des élus dans les régions de la Guyane et de Mayotte, le gouvernement a décidé lundi « Report des élections municipales du Guyana pour les sept municipalités prévues pour le deuxième tour le 28 juin »et « Maintenir les élections municipales de Mayotte à ce stade dans des conditions de sécurité maximale pour la santé, notamment pendant la campagne. »

La Guyane, qui reste avec Mayotte la seule région française classée orange, vient de franchir le stade 3 de l’épidémie, avait annoncé la préfecture et l’agence régionale de la santé. L’étape 3 signifie la propagation active du virus dans tout le pays, « Et plus seulement dans des zones limitées », ressemble à une préfecture.

Lundi, 1 326 personnes ont été testées positives pour Covid-19 au Guyana, 11 patients recevant des soins intensifs, 59 hospitalisés, 3 morts et 552 patients comptés. Le nombre de cas positifs a doublé en huit jours.

  • Chômage partiel: pas de changement à 1euh Juillet pour les entreprises et les employés

L’indemnité de chômage partiel pour les salariés ne sera pas réduite et sa couverture pour les entreprises ne sera pas réduiteeuh En juillet, le ministère du Travail a déclaré lundi en réponse à plusieurs communiqués de presse et déclarations du gouvernement.

« Données montrant que la rémunération des travailleurs à temps partiel tombe à 60% du prix brut [contre 70 % aujourd’hui] dans la section 1euh Le mois de juillet est inexact. L’activité partielle dans la rémunération des employés ne changera paseuh Juillet « , a indiqué le ministère dans un message à la presse. « Pas de changement dans les entreprises non pluseuh Juillet « a ajouté la paroisse de Muriel Pénicaud. 1euh D’ici juin, les employeurs devront déjà payer 15% du coût du travail à court terme.

Le ministre des Finances, Gérald Darmanin, a laissé entendre que le soutien du pays continuerait de diminuer lundieuh Juillet. « On va baisser un peu » chômage partiel, a-t-il déclaré sur BFM-TV et RMC « 60% au lieu de 70% » en ce moment. Selon lui, les employés « Je ne vois probablement pas la différence » parce qu’il « Les chefs d’entreprise doivent rembourser 10 ou 15% de ce que l’État n’introduit plus. ».

Vendredi, la ministre des Affaires économiques Agnès Pannier-Runacher a évoqué vendredi une baisse partielle du chômage 1euh Juillet Réduction de la rémunération des entreprises et des salariés avant de revenir au premier alinéa.

  • L’Etat entend faire un « geste économique » à la SNCF

Le ministre des Finances, Gérald Darmanin, a annoncé que la SNCF bénéficierait d’un « Geste financier » des aides d’État pour aider à surmonter les difficultés liées à la crise sanitaire, « Est-ce directement avec la SNCF ou avec les institutions qui travaillent avec la SNCF? », a déclaré Darman lundi à BFM-TV-RMC.

Le ministre des Finances publiques recevra Jean-Pierre Farandou, patron de la compagnie ferroviaire, « Dans les jours à venir ». Ce dernier a estimé dimanche le coût de la crise du Covid-19 à 4 milliards de dollars pour son entreprise.

Le monde avec AFP

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*