Le ciel africain a encore visité un peu


La carte interactive sans IATA donne un bon aperçu des voyages aériens en Afrique. L’Association du transport aérien international met à jour plusieurs fois par jour les restrictions de voyage causées par une pandémie de coronavirus.

Les pays avec des restrictions complètes sont affichés en bleu foncé. En bleu clair ceux où ils sont partiels, et en gris, les pays moins restrictifs. Cependant, la couleur dominante en Afrique est le bleu foncé. Telle est la situation jusqu’à présent. Il est renforcé par l’image de Flightradar du ciel africain, qui se révèle presque vide lorsque les opérations se poursuivent sur d’autres routes.

Lire aussi L’Afrique devant Covid-19: l’aviation africaine clouée au sol

Contenus, Table des matières, Contenus de la page

Attendre

On peut penser à 1euh En juillet, lorsque l’accès aux pays européens a été libéralisé, certains pays passent par une voie bleu clair qui met un bilan de santé ici à l’arrivée, une quarantaine qui peut prendre de 5 à 21 jours, voire «l’indépendance». Certaines restrictions sont surprenantes, comme les vols vers le Maroc suspendus, mais « cela ne s’applique pas aux vols VIP avec l’autorisation du ministère marocain des Affaires étrangères ». En Tunisie plus de 40 en juillet, mais tests pour les touristes. Air France poursuivra ses vols vers Tunis et Djerba. L’IATA recommande que le gouvernement tunisien apporte un soutien financier à un secteur qui fournit près de 100 000 emplois. Les vols se poursuivront « entre l’Egypte et les pays ouvrant son espace aérien », a déclaré dimanche au Caire le ministre de l’Aviation Mohamed Manar, annonçant des réductions des taxes d’aéroport et des coûts de carburant.

Au Sénégal, les autorités s’apprêtent à rouvrir les services domestiques. Chez Air Sénégal, une jeune compagnie internationale desservant Paris, entre autres, nous attendons le feu vert: «Nous suivons de près la réouverture de la frontière et sommes prêts à redémarrer notre vol. Idem pour la société régionale du Sénégal Arc en Ciel Aviation, qui s’est concentrée sur les évacuations médicales au cours du dernier trimestre.

En Afrique, les managers sont plus paralysés qu’ailleurs, et les entreprises locales ne veulent pas être plus royales que d’annoncer un horaire de vol lorsque les frontières ne sont pas encore ouvertes, explique un opérateur familier à destination. Même les droits de trafic pour les vols de rapatriement, qui sont généralement obtenus en deux jours, nécessitent un délai d’une semaine.

Ethiopian Airlines propose un vol passager spécifique vers des pays qui n’ont pas fermé leurs frontières. Addis-Abeba a également su s’adapter en convertissant certains avions en cargo, qui est actuellement une activité très rentable et sans capacité.

Lire aussi Covid-19: Ethiopian Airlines a déjà perdu un demi-milliard de dollars

faillites

La situation est très difficile pour South African Airways, qui est déjà en faillite avant la pandémie. La société prévoit de restituer 19 des 19 baux sur 40 et renégocie les conditions de location d’une vingtaine d’appareils. Pendant ce temps, les vols vers l’Afrique du Sud seront suspendus. Un plan de sauvetage de 600 millions de dollars est en cours de préparation pour réduire la flotte à six appareils entre juillet 2020 et février 2021 et avec un effectif de 1000 travailleurs.

Maurice et Air Mauritius sont un profil bas. Malgré un nettoyage presque complet, les étrangers ne sont autorisés sur l’île que le 31 août, à l’exception des rapatriements spéciaux ou des vols de fret. Le tourisme, principale ressource de Maurice, est au chômage en été. Air Mauritius a compté sur les administrateurs judiciaires avec six mois pour redémarrer la compagnie. L’arrêt du trafic affectera particulièrement Air France, Corsair, Air Austral, Emirates, British Airways, Lufthansa, etc. Sur l’île voisine de la Réunion, le trafic commencera progressivement quotidiennement sur Air Austral en juillet, avec des vols d’Air France, d’abeilles françaises et de Corsair. Seuls les vols de correspondance vers Mayotte sont maintenus.

Lire aussi Air France: poursuite des vols vers l’Afrique de l’Ouest

Bienvenue au Hajj

L’incertitude existe toujours concernant le Hajj. L’Arabie saoudite n’a toujours pas décidé du déroulement du grand pèlerinage de La Mecque. Aller directement ou accéder à un nombre limité de pèlerins sont deux options possibles pour une décision qui serait inutile. L’année dernière, avec 2,5 millions de followers, principalement par avion, l’événement a généré un important trafic ouest-est à travers l’Afrique, est prévu cette année de fin juin à fin août. L’Indonésie, le pays musulman le plus peuplé, a abandonné, tout comme la Malaisie et Singapour. Le Sénégal a suspendu les formalités tandis que l’Égypte, le Maroc, la Turquie et le Liban attendent l’élection de Riyad.

Lisez également le Hajj, l’un des cinq piliers de l’islam

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*