Le plus grand porte-conteneurs français émet-il plus de CO2 que l’ensemble de la flotte française?


La demande a été répétée plusieurs fois: le porte-conteneurs « Antoine de Saint Exupéry » émettrait autant de dioxyde de carbone (CO2) que 55 millions de voitures. La réalité est bien différente. Cette confusion peut être due à une mauvaise interprétation par un chercheur américain.

#Pilautumisvaroitus

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés … Vous vivez à proximité d’une zone contaminée?
Cliquez ici pour nous alerter!

Il mesure 400 mètres de long et 59 mètres de large et transporte plus de 20 000 conteneurs sur le pont: Antoine de Saint-Exupéry est actuellement le plus grand porte-conteneurs sous pavillon français. Le navire, exploité par la CMA CGM française depuis 2018, a traversé le détroit de Gibraltar en direction de Southampton (Royaume-Uni) le jeudi 25 juin.

Mais à quel niveau cette lourde série marine pollue-t-elle? il émettrait la même quantité de dioxyde de carbone « seulement 55 millions de voitures », selon des chiffres qui circulent depuis plusieurs années et diffusés dans les médias ou sur les réseaux sociaux. « Il y a 40 millions de voitures en France. […] Ramenez plutôt des usines pour réduire le besoin d’expédition! « s’est exclamé lundi un utilisateur de Twitter opposé à la proposition très commentée de la convention citoyenne de réduire la vitesse d’autoroute à 110 km / h. En France, il y a en effet 39,3 millions de véhicules en circulation et 52 millions enregistrés. Ce twitto clarifie ensuite commentaire que cette comparaison pour les porte-conteneurs ne concerne pas vraiment le dioxyde de carbone (CO2) mais le dioxyde de soufre (SO2, qui appartient au groupe des oxydes de soufre). Alors, vrai ou faux? Quelles sont les émissions réelles de CO2 pour un si gros navire? Parle-t-on de dioxyde de carbone ou de SO2? Nous vous expliquerons tout.

Supposons un calcul des émissions de CO2. Selon les chiffres envoyés en France par le constructeur, Bleu Normandie a commencé ses opérations au Havre en septembre 2018, un porte-conteneurs Antoine de Saint-Exupéry émet 30 grammes de dioxyde de carbone (CO2) par kilomètre et « équivalent à vingt pieds » (soit 6,1 mètres par réservoir). Le navire de pont peut prendre 20 600 de ces conteneurs. Le porte-conteneurs émet ainsi 618 000 grammes (30 x 20 600) de dioxyde de carbone par kilomètre.

Et côté voitures? Des bulletins français contactés par l’Agence de transition écologique (ADEME) estiment que les véhicules français (neufs et anciens) émettent en moyenne 193 g de CO2 par kilomètre et par voiture.

Donc pour un kilomètre transporté, un porte-conteneurs Antoine de Saint-Exupéry émettrait autant de CO2 que 3 202 voitures. C’est plus de 17 000 fois moins que la déclaration d’origine ne le montre.

Cependant, comparer un porte-conteneurs à des voitures n’a pas d’importance: le premier transporte des marchandises lourdes, tandis que le second transporte des passagers et réduit le fret. Si vous voulez voir plus clairement, regardons les émissions de CO2 par tonne-kilomètre (c’est-à-dire par tonne transférée) pour obtenir une comparaison avec des charges égales.

La société CMA CGM, interrogée par la société française, affirme que le porte-conteneurs Antoine de Saint Exupéry « émet 3 grammes de CO2 par kilomètre et par tonne transportéeSur la seule route, un camion porte-conteneurs articulé de 40 tonnes produit 91,6 g de dioxyde de carbone par tonne-kilomètre, estime l’Ademe dans un guide de 2012. (PDF), soit trente fois plus.

Les émissions du transport ferroviaire, quant à elles, varient de 1,47 à 34,9 g par tonne-kilomètre (selon la densité des marchandises et la source d’énergie utilisée, l’Ademe est toujours défini). Pour l’aviation, les chiffres d’émission augmentent rapidement: entre 669 et 3 171 g de CO2 par tonne-kilomètre, selon les caractéristiques du vol.

Globalement, le transport routier est le plus grand émetteur de CO2, avec 1460 millions de tonnes rejetées dans l’atmosphère en 2015, tandis que 867 tonnes ont été utilisées pour transporter des marchandises par voie fluviale et maritime, selon un rapport du Forum international. Transport (FIT) a été publié en 2019. En d’autres termes, le transport routier représenterait près de 57% des émissions mondiales de CO2 dues au transport de marchandises, tandis que le transport maritime représentait 33,6%.

Comme nous l’avons dit, le plus grand porte-conteneurs français n’émet pas autant de CO2 que « 55 millions de voitures ». Mais la recherche de l’origine de ces chiffres nous amène sur la voie d’une autre pollution dangereuse: le dioxyde de soufre (SOx), à commencer par le dioxyde de soufre (SO2), dont le tweeter a fait mention dans un commentaire. « Émissions de soufre de ces transports [maritimes] à lui seul serait responsable d’environ 50 000 décès prématurés par an en Europe« , rapporte un groupe d’organisations environnementales françaises.

Année 2009 Gardien mixte Courrier quotidien a écrit que quinze porte-conteneurs étaient suffisants pour produire autant d’oxydes de soufre que les 760 millions de voitures circulant sur la planète. Le calcul est basé sur les travaux de James Corbett, chercheur américain à l’Université du Delaware. «Les voitures qui parcourent 15 000 km par an émettent environ 101 grammes d’oxyde de soufre au cours de cette période « , Écrire Gardien, contre « 5 200 tonnes » pour les plus grands navires de la planète « opèrent environ 280 jours par an. »

Un rapide calcul suggère donc qu’un seul de ces quinze grands navires émet autant d’oxyde de soufre qu’environ 50 millions de voitures. Nous descendons plus ou moins dans nos chiffres d’informations en ajoutant une confusion SO2 / CO2.

Cependant, des informations importantes doivent être ajoutées. Comme au sujet de la BBC (En anglais) en 2018, L’affirmation des journaux britanniques est également fausse. Question: Incompréhension du travail de James Corbett.

Ce dernier lui-même explique que ce calcul n’était qu’une hypothèse, imaginant quelle serait la situation « si les navires utilisaient le pire carburant autorisé (…) et si toutes les voitures utilisaient l’essence la plus propre ». Ce n’est un secret pour personne que James Corbett a cherché une certaine sensation derrière un tel résultat. « Il nous est simplement apparu alors borgne, dit un chercheur de la BBC, attire l’attention générale sur les discussions sur le nettoyage des navires afin qu’il soit reconnu par l’industrie de la construction navale […] la nécessité d’améliorer le niveau de protection de l’environnement des bateaux et de réduire la pollution de l’air par les navires. « 

Des progrès ont été réalisés Organisation maritime internationale. Des zones de contrôle des émissions sont en place depuis les années 2010 pour réduire la teneur en soufre du carburant des navires porte-conteneurs. En mer Baltique, en mer du Nord et en Manche, le niveau maximum autorisé est de 0,1% depuis 2015, rappelle Monde. Dans ce cas, les émissions de soufre du navire correspondent aux émissions de soufre actuelles d’un million de voitures, a ajouté le journal.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*