Les racks de Notre-Dame furent bientôt démantelés


Une fois l’échafaudage démonté, la rénovation de Notre-Dame peut commencer (archives).

La source: KEYSTONE / EPA / IAN LANGSDON

Le démantèlement de l’échafaudage qui entamera la restauration de Notre-Dame de Paris s’achèvera avant fin septembre, a assuré jeudi le général Jean-Louis Georgelin, président de l’institution publique. La cathédrale devrait rouvrir en avril 2024.

« J’ai des raisons d’espérer, je crois, que ce démantèlement sera achevé fin septembre au plus tard », a indiqué le général, entendu lors d’une mission d’enquête à l’Assemblée nationale à Notre-Dame.

«Vous ne pouvez pas avoir plus de quatre techniciens à corde en même temps» coupant des tiges métalliques avec votre scie, tandis que «quatre autres personnes regardent» cette activité délicate qu’il décrit, soulignant que c’était un travail «lent».

Quant à l’objectif de rouvrir le culte et les touristes en avril 2024, c’est-à-dire cinq ans seulement après l’incendie du 15 avril 2019, conformément à la volonté du président de la République: « Je ne le remettrai pas en cause ». Bien que ce délai ne signifie pas « la fin de la localisation de l’environnement ».

Contenus, Table des matières, Contenus de la page

Arches en bon état

Le début du nettoyage des chambres fortes avait montré qu’elles semblaient « assez solides et en bon état », a-t-il poursuivi.

« Dans les prochains jours, nous lancerons un important processus de renforcement interne des voûtes avec échafaudage ou cintrage », a-t-il déclaré, ajoutant que « la première campagne de nettoyage complet des sols doit commencer dans le courant de l’année. Un été qui abaisse les niveaux de plomb et facilite les futures conditions de travail ».

« La cathédrale n’émet plus de plomb à l’extérieur, et aucun taux anormal de plomb dans le sang n’a été trouvé parmi les compagnons », a-t-il souligné, appelant à ce que le sujet soit traité « rationnellement ».

Grand orgue

Il commencera également prochainement à assembler des échafaudages «8000 tuyaux» pour retirer un gros orgue. »Une opération« millimétrique »qui« aura lieu à l’automne ». Avant 2024, la réharmonisation de l’orgue prendra« six mois », a-t-il décliné.

Interrogé sur les nombreuses discussions qui ont eu lieu autour de la restauration, le général a répondu avec cette formule: « Nous ne construisons pas de maison en demandant leur avis à tous les passants. »

La deuxième « étape importante » du 9 juillet est la deuxième réunion tant attendue de la Commission nationale du patrimoine et de l’architecture (CNPA), qui rassemble des fonctionnaires, des experts et des architectes sélectionnés, mais dont les avis sont purement consultatifs. il a dit.

Nouveau ou pas?

Interrogé sur les recommandations qui pourraient y être faites, le général a refusé de spéculer. Selon lui, cette consultation s’appuie sur «des études de restauration réalisées par le maître d’œuvre: un travail important – environ 3 000 pages – qui donne une idée de ce que pourrait être la restauration». Les travaux sont dirigés par le sénateur Jean-Pierre Leleux (LR).

Les architectes peuvent choisir une copie similaire, en particulier la tour, avec des plans détaillés soumis par l’architecte Viollet-le-Duc, ou avec l’architecture innovante souhaitée par l’exécuteur testamentaire. L’architecte en chef Philippe Villeneuve, meilleur expert de la cathédrale, est clairement hostile à cette deuxième option, qui prend également beaucoup plus de temps.

Retour à la page d’accueil

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*