Masque obligatoire en transport: tolérance dans les premiers jours, vraiment?


Il n’est pas question de prendre le métro sans se couvrir le visage. Contrairement à ce que la secrétaire d’Etat a proposé vendredi à la ministre de l’Economie Agnès Pannier-Runacher, aucune tolérance ne s’appliquera si l’utilisation du masque n’est pas respectée. transports en commun à partir du lundi.

Lors d’un briefing au ministère de l’Intérieur, quiconque avait appelé à «de bonnes affaires en bourse» au début de la crise économique et financière associée à Covid-19 a discuté de différentes façons d’obtenir un masque. par exemple avec son employeur ou en le faisant lui-même.

Une certaine phrase conduit alors à la spéculation, alors qu’en même temps elle provoquait la division des masques. « Gratuit, enfin sur certains transports publics dans les premiers jours, si vous n’avez pas pu trouver de masque, vous n’avez pas cette barrière et vous pouvez prendre ces transports en commun et aller travailler le premier jour », précise-t-il.

Contenus, Table des matières, Contenus de la page

« Mes armes en tombent »

Ces mots, qui ont des contours relativement vagues, peuvent avoir suggéré que la tolérance soit appliquée dans les premiers jours aux non-détenteurs de masque. Voir que le retour au travail prévaudrait sur les directives de santé.

« Mes armes en tombent », a réagi sur Twitter, par exemple, Philippe Juvin, chef du service des urgences de l’hôpital Pompidou et maire de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine). Et demande instamment de ne pas suivre les « instructions du ministre »: « Les travaux montrent que plus d’un tiers de l’épidémie se concentre sur la station de métro, bus, train, tramway », souligne-t-il.

Avant le début de la polémique, Agnès Pannier-Runacher a finalement clarifié sa position sur les réseaux sociaux. «Dans certains transports publics, des masques sont distribués gratuitement à ceux qui n’en ont pas», se souvient-il. Cela leur permet de porter. Les masques sont obligatoires dès le premier jour dans les transports publics. « 

C’est pourquoi le ministre des Affaires étrangères a mentionné dans son discours la division des masques et non la tolérance présumée. Dans les prochains jours, près de 10 millions de masques seront remis aux usagers des transports publics, dont moins de la moitié dans la moitié-de-France.

135 euros d’amende

Comme l’a dit la ministre du Changement écologique, Élisabeth Borne, en charge des transports, le masque est obligatoire dans le métro, le bus ou le train à partir de lundi pour tous les passagers de plus de 11 ans. Une amende de 135 euros est infligée au contrevenant.

VIDEO. Transport: « L’Etat donne des masques »

Jeudi, lors de la présentation nationale du plan définitif, le ministre avait en effet évoqué la « tolérance » lors des inspections des premiers jours. Mais il a évoqué le fameux certificat « employeur » nécessaire au transport des transports franciliens aux heures de pointe. Et pas l’utilisation d’un masque qui n’est pas toléré.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*