Parrot dévoile le modèle ANAFI USA


Un nouveau venu dans la famille ANAFI.

Le 30 juin, Parrot a annoncé son nouveau drone professionnel: ANAFI USA. Inspiré par ANAFI Basics et le système présenté par Parrot dans le cadre du programme DoD DIU SSR (Short Range Identification), ANAFI USA dispose d’un zoom x32 et est en mesure de répondre aux exigences de premiers secours et de sécurité des professionnels. « Fabriqué aux États-Unis, le modèle ANAFI USA offre les mêmes services de pointe – sécurité, durabilité et qualité d’image avancée – que le drone de recherche à courte portée (SSR) que Parrot a créé pour l’armée. Américain », a déclaré le directeur de l’industrie. Un DJI qui a été largement critiqué aux États-Unis pour sa gestion de l’information.Tous les logiciels et le code source ont été développés en interne et audités pour la cybersécurité.Parrot a demandé à l’armée américaine sur le marché du DIU militaire  » « , Explique Henri. Seydoux, PDG de Parrot.

Caractéristiques.

Équipé d’un zoom x32 et de deux caméras 21 mégapixels (EO / IR), ANAFI USA peut être implémenté tout en maintenant une distance de sécurité par rapport à l’emplacement détecté. Avec les capteurs Optronic, «les opérateurs peuvent voir l’emplacement en détail à une distance allant jusqu’à 5 km», rapporte Parrot. La combinaison de données d’images électro-optiques et infrarouges permet également à l’opérateur d’obtenir des informations précises et pertinentes, telles que la détection des points chauds et l’identification des brûleurs, par exemple lors de la lutte contre l’incendie. ANAFI USA est également conçu pour une utilisation dans des environnements complexes. «L’une de ses principales caractéristiques est sa robustesse et sa durabilité dans des conditions climatiques difficiles telles que la pluie ou la poussière», ajoute Henri Seydoux.

Emploi.

Alors que l’objectif principal d’ANAFI USA est de répondre aux besoins des équipes de secours car elles doivent travailler à un rythme soutenu, le drone a été conçu pour être facile à utiliser. «C’est un drone pour les secouristes qui est responsable d’un groupe d’utilisateurs, des pompiers à la police, mais qui comprend également les garde-côtes, les gardes-frontières et les premiers secours. Les applications civiles sont nombreuses, notamment chez les pompiers », explique Henri Seydoux. Aucune formation préalable n’est requise et la manipulation de l’avion se veut intuitive. Le contrôle de l’avion passe notamment par l’application FreeFlight 6 développée par Parrot, qui comprend de nombreuses fonctions qui permettent par exemple d’envoyer un drone à un point d’intérêt ou de développer un drone en bloquant la cible de la caméra. « Le drone ANAFI USA est opérationnel en moins de 55 secondes – y compris l’ouverture, l’allumage, l’établissement d’une connexion radio sécurisée et le décollage », ajoute Parrot. Il peut également être utilisé à l’intérieur et peut fonctionner sans GPS.

Logiciel.

Editeurs de logiciels ayant développé une expertise logicielle significative, ANAFI USA est compatible avec l’ensemble de la gamme de produits Parrot de Pix4DReact (cartographie) à DroneLogbook (gestion de flotte), en passant par Survae.

Marché.

Parrot, vendu dans le monde entier, n’exclut pas de proposer un nouveau drone dans le cadre d’appels d’offres publics et peut donc s’adresser non seulement au ministère de l’Intérieur mais également au ministère des Forces armées, qui cherche à remplacer ses DJI. Avec la commercialisation de ce nouveau produit, Parrot continuera d’investir dans la recherche et le développement et gardera à l’esprit l’existence de projets prometteurs dans le domaine de la fourniture de drones ou de troupeaux. «Ce qui nous intéresse est le cœur du système, donc le logiciel de vol autonome et l’IA sont transportés. Nous pensons que c’est la brique qu’il faut maîtriser et qui nous permet de nous contenter du transport mais aussi d’autres applications. Enfin, la question du transport et des livraisons n’est pas au niveau du drone lui-même, mais au contrôle de la certification indépendante des vols et des logiciels », explique Henri Seydoux. Une vision qu’il applique également aux troupeaux.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*