Réglementation du contrôle du fret aérien


Le gouvernement a mis en place une unité dédiée au transport maritime et aérien, particulièrement volatile du fait de la pandémie de Covid-19. Cette décision a permis de fluidifier les flux de marchandises à destination et en provenance de la Nouvelle-Calédonie au profit des opérateurs économiques et de la population calédonienne.

« Depuis le début de la crise sanitaire, le ministère de l’Économie surveille l’approvisionnement du marché calédonien pour les avertir d’éventuelles pénuries de matières premières ou de biens de consommation., rappelle Éric Backès, directeur de la DAE. Ce contrôle, ainsi que les retours des entreprises, ont révélé des problèmes de circulation des marchandises par voie aérienne.  » Depuis la suspension des vols internationaux réguliers, le trafic aérien est tributaire des vols de retour décidés par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et exploités par Aircalin. En raison de la réactivité ou des volumes, un certain nombre de produits ne peuvent pas être transportés par bateau et nécessitent des voyages en avion. Dans le traitement médical en particulier, les colis postaux ou même les denrées alimentaires devant être transportés à une certaine température sont « exprimés ». «Avec la crise, plus de 100 tonnes de fret ont été bloquées à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, rapporte Éric Backès. Des mesures devaient être mises en place pour éviter que des commandes de livres ne soient passées avant des soins médicaux urgents! « 

Contenus, Table des matières, Contenus de la page

Unité multi-partenaires

À cette fin, le gouvernement a mis en place une unité spéciale de fret afin de mieux coordonner les mouvements de marchandises à destination et en provenance de la Nouvelle-Calédonie en réunissant tous les acteurs concernés. Par conséquent, les représentants des services administratifs (DAE, douanes, ministère de l’aviation civile, ministère de la santé et des affaires sociales), Aircal, l’État, CCI, les distributeurs, les importateurs à partir du 11 mai et les transitaires arriveront autour de la table pour révéler les problèmes, définir les principes et objectifs clés. «Cette cellule est appuyée par un commandement opérationnel (BCP) composé de représentants de la DAE qui sont chargés de résoudre les problèmes de cargaison au quotidien conformément aux priorités fixées par le gouvernement.», Spécifie le leader DAE. Un fonctionnaire de la direction générale de la protection civile et de la gestion des risques (DSCGR) assure la liaison avec le centre d’opérations d’État pour la gestion des crises.

Priorisation des biens

La première décision de l’unité fret a été de disposer d’un système de priorisation pour le transport de marchandises par les compagnies aériennes et les transitaires (boîte de lecture). «Cette priorisation était une très bonne chose. Il est basé sur les besoins de la région plutôt que sur des critères purement commerciaux ou des connexions opérationnelles. Mise en place de la troisième rotation (fret, note du fournisseur) par semaine, et donc la capacité supplémentaire a également facilité la réglementation du fret. « , souligne Arnaud Gervais. Le directeur commercial et marketing d’Aircalin, qui fait partie de l’unité cargo, voit cette organisation « Une cohésion qui relie les acteurs en éveillant l’écoute et la compréhension ».

La cellule via le cargo PCO a pu éviter des situations urgentes, telles que la livraison de traitements de chimiothérapie ou même de pièces détachées au laboratoire d’analyse du Northern Hospital Center.

Le PCO cargo de DAE résout les problèmes opérationnels.

Arrêt des marchandises

Le gouvernement a donné la priorité au chargement du fret aérien par principaux types:

1) médicaments, traitements et dispositifs médicaux, matériels, instruments et fournitures pour les établissements de santé et de soins;

2) les équipements et outils (eau, électricité, etc.) nécessaires au dépannage de la chaîne de production de l’entreprise, établissement de santé ou opérateur stratégique dans le cadre de la validation du DAE;

3) courrier et livraison express (DHL, UPS, Fedex, Chronopost);

4) aliments périssables à températures contrôlées;

5) les biens ou les biens nécessaires au maintien de l’entreprise en difficulté (en lien avec la validation du DAE);

6) denrées périssables;

7) pièces détachées pour véhicules, avions et bateaux destinés à un usage professionnel ou public;

8) autres marchandises.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*