symbole d’une expédition plus propre


« CONTREque se passe-t-il capitaine? Vous n’avez pas une petite bouteille de rhum pour nous? « , déclenche de manière préjudiciable un travailleur portuaire entre deux opérations de manutention sur un quai camerounais. Ce mardi ensoleillé dans le port du Havre, comme les anciens, nous portons un sac de café de 70kg sur nos épaules à placer sur des palettes. « Ça change des voitures. C’est la première fois que je fais ça … », réagit au SMR d’un autre employé.

Aujourd’hui, il ne s’agit pas de conteneurs. Le déchargement d’une seule cargaison de drisse est nécessaire en raison de la nature du navire arrivant le matin. Et d’où nous prenons de la nourriture tout l’après-midi. Goélette De Gallant, construit en 1916, long de 27 mètres, n’est pas un ventre géant marin. Mais il est depuis 2017 et depuis quelques mois le seul voilier appartenant à des armateurs français pour transporter des marchandises en mer. Il supporte une trentaine de tonnes.

Les officiers de la marine marchande qui ont traversé l’École du Havre lorsqu’elle était à Sainte-Adresse ont été achetés par deux propriétaires de bateaux en 2017 aux Pays-Bas et ont en même temps créé une société: Blue Schooner. « Le moteur n’est utilisé que pour les opérations portuaires, l’accès à la rivière ou son mauvais état », explique Guillaume Roche, le seul capitaine présent. Avec une empreinte carbone plus propre, cette expédition est dédiée aux produits du commerce équitable ou proche des critères d’un tel certificat. Dans de nombreux cas, un partenariat étroit rassemble des producteurs de plusieurs continents avec des détaillants et des consommateurs européens. Assurer une traçabilité forte. L’approche écologique est plus que prévu.

 » J’avais ce projet en tête il y a six ans « Dit Grenoblois, 45 ans, qui a navigué sur des pétroliers, des transporteurs de gaz naturel liquéfié, des navires, mais aussi neuf ans en bateauastrolabe, Antarctique, juste avant cette nouvelle vie de voile. Il y retrouve un ancien camarade, Jean-François Lebleu, un Breton de Picard qui a également eu une carrière assez variée avant de se lancer dans ce défi.

Le rhum a été nettoyé en mer

Pour des raisons pratiques, l’ancienne aciérie se développe sous le drapeau de Vanuatu sur l’île du Pacifique. Mais il vit ailleurs. Avec ses dix hommes et femmes marins, avant de faire une escale technique dans le Finistère, un autre, commercial, en Angleterre, puis au Havre, elle avait fait du transatlantique pendant environ 60 jours. Une moyenne de six ou sept nœuds. Le nouveau destin d’une longue vie. D’abord un bateau de pêche au hareng, puis un cargo, De Gallant a également été rénové dans les années 80 et 90 afin d’employer des jeunes en insertion pour devenir des navires de formation et de passagers. En janvier dernier, du rhum a été chargé en Guadeloupe. En fûts et en bouteille. Il a ensuite pris des épices, principalement de la muscade, de Grenade. Fèves de cacao à Trinidad, 22 tonnes de café en Colombie et mezcal au Mexique, qu’il a quittées en mars. Lors de la traversée, le rhum en fûts pourrait bénéficier d’une sophistication en mer, lui donnant un avant-goût du passé. Les Coast Brothers sont satisfaits des importateurs et embouteilleurs de Saint-Etienne qui ne travaillent que sur des voiliers. « Nous allons faire une lune pour Gallant », annonce Guillaume de Roany, ambassadeur de la marque Le Havre Pier, dont la maison mère est également partenaire de Blue Schooner. Ce sont les étapes hivernales habituelles
Beaucoup d’autres suivent les Caraïbes et l’Amérique du Sud.

Choix et capital

Au Havre, voici 12 t de café bio pour un locataire Twot (Lire ci-dessous). Le prochain terminal vers lequel l’équipage devrait partir demain, mais sans passagers à cause du coronavirus, se trouve à Amsterdam. Encore une fois, dépose 10 tonnes de café pour un client et un partenaire qui ont eux-mêmes deux cargos. « Nous travaillons avec eux dans le cadre du réseau Sail last Alliance »dit le capitaine. Ensuite c’est Porto, pour le voyage cette fois « Coopérative « .
 » Nous chargeons l’huile d’olive, le vin, les amandes. Les partenaires. Il peut s’agir d’associations en France. Ils choisissent leurs produits. Nous leur proposons une brochure. Les prix sont transparents pour mesurer qui gagne quoi « Guillaume Roche se développe. Suivez Les Sables-d’Olonne, les Cornouailles et même le cœur de Londres. Guillaume Roche rêve d’autres bateaux. » Nous n’allons pas rivaliser avec les porte-conteneurs. Et si on nous demande de conduire des voitures, nous refuserons. En particulier, nous voulons que les consommateurs aient le choix. « 

www.blueschoonercompany.com

Trafic «rentable» et évolutif

Ce mardi, des dizaines de personnes, de nombreux acteurs du port du Havre, partenaires
De Gallant, sont sur la jetée.
« A chaque arrêt c’est comme ça », glisse Guillaume Roche.
« Au début, les financiers nous ont dit que nous étions de doux rêveurs, souligne-t-il.
Aujourd’hui, ils suivent de près nos prévisions et nous avons de plus en plus de demandes. Le chiffre d’affaires doit exploser. Nous recherchons des investisseurs. « 

Le marché, aussi étroit soit-il, aurait donc un très bel avenir. Ce n’est pas un hasard si d’autres Français veulent commencer à transporter des marchandises par la voile.

C’est le cas avec Towt. Douarnenez, affréteur du leader du nautisme, le leader français, fournisseur de 1000 tonnes transportées en 10 ans, a récemment publié un appel à manifestation d’intérêt européen pour la construction du premier des quatre cargos qu’il souhaite équiper à l’horizon 2022.

« Voilier moderne 70 m « , définit avant
Galant, Grégoire Thery, responsable du développement Towt. Capacité de charge multipliée par trois par rapport aux goélettes.
« Ces 12 Le café arrive au Havre, qui représente 3 200 sachets, dont 10 tonnes sont déjà vendus à Belco, il y a aussi 20 t économiser le dioxyde de carbone. Notre objectif est d’économiser 90 % de carbone « , il prétend.

Fondée par les Bretons et les Colombiens, la fondatrice de la marque est partenaire des ports de Haropa et du Havre depuis février, l’un des rares produits bio traçables en France.

Surtout, elle implantera prochainement son siège au Havre, qui récompensera les escales les plus respectueuses de l’environnement et lui offrira de meilleurs avantages logistiques.

De là, les voiliers partent quinze fois par an pour l’Afrique, les Antilles, l’Amérique centrale ou l’Amérique du Nord.
«Nous voulons arriver à New York dans 14 jours. 10,5 nœuds. Ce sera rentable », gestionnaire de marteau.

En ajoutant des membres de la famille Mulliez

(Auchan), et donc une grande distribution, était devenue le capital de l’entreprise.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*