Tests PCR: l’Oultramarine souhaitant partir à l’étranger n’a pas de priorité


Olivier Véran a rappelé que les outremer souhaitant rentrer à La Réunion ne figuraient pas sur la liste des individus prioritaires pour les tests PCR.

De nombreux ultramarins qui doivent rentrer chez eux en avion ont été bloqués dans les aéroports car ils n’ont pas été testés pour Covid dans les 72 heures avant le vol.

Mais pour Olivier Véran, ces retraits ne sont pas des priorités.

Philippe Naillet presse le gouvernement

Olivier Véran interviewé Philippe Naillet difficultés pour les voyageurs d’outre-mer de présenter un test PCR négatif dans les 72 heures avant le vol.

Certains laboratoires ne sont pas en mesure de fournir des résultats dans les trois jours.

Les outremer ne sont pas une priorité

Le ministre a répondu que « tIl est clair que la liste des principales personnes à tester sont des personnes symptomatiques qui sont en contact les unes avec les autres, ou des soignants et des femmes de ménage qui sont en contact direct avec des personnes vulnérables.

Nous ne pouvons pas étendre cette liste aux personnes qui doivent voyager, car dans certains endroits, les retards ont même été étendus aux personnes prioritaires. « , il a expliqué en appelant « Les gens attendent une semaine pour terminer l’annulation de leur abonnement« .

Centre de dépistage à Orly

Des centaines de touristes étrangers sont bloqués dans les aéroports d’Orly ou de Roissy et font face à des coûts supplémentaires.

« Nous continuerons à développer des plateformes mobiles« Tests PCR », a déclaré le ministre de la Santé. Plusieurs compagnies aériennes ont déjà installé un centre de dépistage à Orly.

La réaction du Parlement David Lorion

«De nombreux étrangers, dont ceux de la Réunion, sont actuellement en France pour des raisons professionnelles ou familiales.

Ils m’ont fait part de leur grande difficulté à rentrer dans leur patrie. A leur retour, il faut en effet leur donner le droit de monter à bord de l’avion, ils doivent effectuer le test Covid PCR 72 heures avant le départ. Cependant, de nombreux laboratoires, notamment dans certaines métropoles, ne sont plus en mesure de faire face au flux de dépistage. Ces installations conduisent à un refus de tester les touristes étrangers car ils ne sont pas considérés comme une catégorie prioritaire. Quant aux personnes qui ont réussi ce test, un délai de 72 heures pour obtenir un résultat semble rarement respecté, les empêchant de monter sur le vol, les obligeant à rester sur place et à retester.

Monsieur le Ministre, une telle situation peut avoir des conséquences personnelles, psychologiques et financières très importantes, notamment pour les familles.

Cela ne remet pas en cause la nécessité du dépistage et donc son caractère obligatoire. Sa pratique est essentielle pour lutter contre la propagation du virus à l’étranger. Cependant, pour améliorer la situation, il serait souhaitable que les personnes vivant ou travaillant dans ces zones reçoivent la priorité. Leur situation particulière tient à l’éloignement géographique de leur domicile et à l’obligation de prendre l’avion, seul moyen de transport, je le justifie.« 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*