Transport routier – Wikipedia


Article Wikipédia, encyclopédie gratuite.

transport par camion combine les modes de transport suivants: voitures particulières, véhicules utilitaires (légers et lourds) et deux-roues[[[[1].

Dans les industries, le transport routier est une activité de transport routier réglementée exercée sur la route. Cela comprend le transport routier de personnes, le transport routier de marchandises et l’enlèvement. Ces activités commerciales sont exercées par des transporteurs routiers.

Monde[[[[Éditer | changer le code]

Données brutes dans le monde[[[[2], le trafic maritime a le plus augmenté, mais la route terrestre domine toujours.

L’Europe [[[[Éditer | changer le code]

  • 44% des « tonnes – kilomètres » transportées en Europe dans l ‘UE – 25 en 2005 étaient 38% de plus en dix ans (1995-2005); les subventions au transport routier soutiennent 73% du trafic marchandises en Europe, 79% en France.
  • Cependant, entre 1995 et 2005, le fret ferroviaire a augmenté de 10% en Europe (alors qu’en France il a baissé de 10%); Au cours de la même période, la France est en tête de l’UE en termes de nombre de «passagers-kilomètres» de transport ferroviaire grâce à un réseau ferroviaire très développé (1euh TGV en Europe), suivi du Royaume-Uni et de l’Irlande, pour une augmentation du nombre de voyageurs-kilomètres en train entre 1995 et 2005.
    Dans le même temps, le fret maritime augmentera de 34%, mais avec de grandes différences entre les pays.
    Le transport fluvial représentait 32% du tonnage en 2005 (en tonnes-kilomètres) aux Pays-Bas, 14% en Allemagne et en Belgique, contre seulement 2,5% en France.
  • Le trafic aérien européen (8% des «passagers-kilomètres» en 2004) a augmenté 2,5 fois plus vite que les voitures sur la même période.
  • La voiture domine la route (en 2005, 81% des transports terrestres du pays en Europe étaient à 83% en France). Le nombre de véhicules à moteur a fortement augmenté, notamment en Grèce, en Espagne et au Portugal, mais au XXIe siècle, les flux de trafic ont augmenté plus lentement en Europe et en France, tandis que localement, la baisse s’est produite dans les villes en particulier.

France[[[[Éditer | changer le code]

  • Au début des années 2000, 79% du fret du pays était transporté par route.
  • Entre 2000 et 2005, environ 50 millions de mètres cubes de carburant routier sont utilisés en France chaque année[[[[3].
  • De 2004 à 2017, la consommation a varié entre 51.131 (en 2004) et 49.711 millions de m3 (2017). Il a en effet diminué jusqu’en 2013 (47 824 Mm3), et a de nouveau augmenté jusqu’en 2017 (49 711 Mm3).[[[[3]malgré une baisse légère mais constante de la consommation unitaire aux 100 km / véhicule (en 2017, une voiture particulière à essence avait besoin de 7,31 l / 100 km)[[[[4], qui est compensée par une augmentation annuelle moyenne en 2012-2017, tandis qu’une baisse significative des voitures particulières en 2004-2012[[[[5].
  • En 2019, environ 80% des marchandises voyageront par la route et le nombre de camions mobiles devrait augmenter de 40% au cours des cinq prochaines années.[[[[6].
  • Un tiers des camions roulent à vide[[[[6].

Perspective économique[[[[Éditer | changer le code]

Le transport routier est un grand consommateur de produits pétroliers et pose des problèmes de coûts lorsque le pétrole continue de devenir cher et lorsqu’une baisse de la production mondiale de pétrole est attendue (pic pétrolier). En France, la stratégie nationale de développement durable met l’accent sur la nécessité de dissocier la croissance économique de la demande de transport[[[[7].

De plus, des véhicules lourds endommagent la route. Plusieurs études ont conclu qu’un camion de 40 tonnes vous transportera autant, sinon plus de cent mille voitures[[[[8].

La perspective environnementale[[[[Éditer | changer le code]

Le transport routier à travers les infrastructures de réseau dont il a besoin est un facteur de fragmentation du paysage écologique, de pollution, de pollution lumineuse, de perturbation, de mortalité animale (roadkill) et en 2008 était le leader des émissions de gaz à effet de serre en France et le deuxième dans l’UE-25; phénomènes qui peuvent être regroupés derrière le concept de pollution routière.

En ce qui concerne les polluants atmosphériques et les émissions de gaz à effet de serre, les véhicules du secteur sont classés en France dans les catégories suivantes:[[[[9] :

  • les voitures particulières diesel non catalysées;
  • voitures particulières à moteur diesel;
  • voitures particulières à essence non catalysées;
  • voitures à essence;
  • Véhicules GPL;
  • voiture électrique;
  • véhicules utilitaires légers catalysés par diesel;
  • véhicules utilitaires légers non catalytiques;
  • véhicules utilitaires légers catalysés par essence;
  • véhicules utilitaires légers catalysés par essence;
  • camions diesel;
  • camions à essence;
  • Camions au GNC;
  • deux roues.

Dans l’Union européenne 28 et 2013, les transports représentent 26% des émissions de gaz à effet de serre, principalement du dioxyde de carbone, derrière l’industrie énergétique (32,8%) et les services résidentiels et de haute qualité (13,2%), l’industrie (11,7%) et l’agriculture (10, 3%).

Le transport routier reste un mode de transport émetteur: en France, le transport routier représente 92% des émissions de gaz à effet de serre du secteur.

Le transport routier est également le plus grand émetteur de polluants locaux. Il y a également des conséquences durables, par exemple, pour le plomb toxique dans l’essence, qui n’est pas biodégradable et qui s’est accumulé au bord des routes très fréquentées dans les années 1960 et 1980.

Les transports sont responsables de 21% de toutes les émissions de gaz à effet de serre de l’UE-15 (hors transport maritime et aérien international)[réf. nécessaire].

Le transport maritime, routier et aérien a augmenté le plus depuis le milieu de 2000 XXe siècle. La CCNUCC estime que les gaz à effet de serre provenant des transports devraient continuer de croître (environ 30% entre 2007 et 2010 dans les pays industrialisés par rapport à 1990, sauf si la reprise est due à la crise économique ou à une forte action internationale).[réf. nécessaire]). Selon l’Agence internationale de l’énergie, les émissions des transports augmenteront de 80% de 2005 à 2030[réf. nécessaire].

En France, Ifen[[[[dix] regarder, dans que les Français polluent davantage lors de leurs voyages de loisirs et de vacances que les autres jours; leurs émissions de CO2 polluées sont de 16%2 véhicules privés sur le territoire national. Pour sa part, le ministère de l’Écologie estime que les émissions de gaz à effet de serre des voyages touristiques français (tous modes confondus) représentent 6% des émissions de 2006.[réf. nécessaire].

  1. [PDF]  » Transport routier: parc de véhicules, utilisation et émissions des véhicules en France 1970-2025 « (Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire?), sûr inrest.fr (entendu 11 juillet 2015)
  2. Source: données de l’Agence européenne pour l’environnement (disponibles fin 2008)
  3. a et bConsommation totale d’essence et de diesel pour le transport routier en France 2004-2017 (en milliers de mers cubiques), Statistiques
  4. Consommation moyenne de carburant d’une voiture particulière en France en 2004-2017 par type de carburant (litres aux 100 kilomètres)
  5. Trajets annuels moyens de voitures particulières en France en 2004-2017 par type de carburant (km)
  6. a et b » Fret, pollution, congestion … dommages au transport routier de diesel en Europe « , sûr Galerie
  7.  » Consommation d’énergie et PIB dans les transports « (Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire?) [PDF], sûr stats.environnement.devellopement-durable.gouv.fr (entendu 11 juillet 2015).
  8. Owen Jones  » Crédit public au secteur privé britannique. Le socialisme existe pour les riches  » Monde diplomate, (lire en ligne, entendre 25 février 2018).
  9.  » Rapport d’inventaire national: Inventaire des polluants atmosphériques et des émissions de gaz à effet de serre en France – séries sectorielles et analyses approfondies  » [PDF], sûr citepa.org, (entendu 12 juillet 2014), p. dix.
  10. Suivi de la demande de touristes français (SDT), Ifen et le Département National du Tourisme / TNS Sofres, 2007.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*