Transport urbain: les petits trains sur les rails à Canet, Saint-Cyprien et Argelès


Avec plus de 2 millions de passagers dans trois stations côtières l’an dernier, la société opérationnelle Trainbus reprendra ses traces ce samedi. Saison qui commence avec un retard et une inquiétude dans deux mois et demi. Cependant, son jeune patron, Benjamin Elalouf, 25 ans, reste optimiste. Il salue des partenaires qui ne l’ont pas abandonné, et croit à l’arrivée massive de touristes, et il a une devise explicite: « Pour gagner, il faut jouer ensemble ».

Il faut attendre le samedi 13 juin à Canet et Saint-Cyprien, puis le lendemain à Argelès pour revoir les petits trains circuler sur la côte. Pour devenir de véritables symboles dans le transport urbain des vacanciers, le concept est désormais incontournable, notamment à Argelès, où l’on a débarqué en 2019, 1,7 million de passagers, dont la plupart se sont rendus dans l’un des 49 campings de la ville.

Contenus, Table des matières, Contenus de la page

Le bon wagon!

Si aujourd’hui le groupe de trains-bus est dirigé par Marc Elalouf et est actuellement le leader européen du transport urbain, la création du groupe remonte au siècle dernier. Son père Émile a fondé de petits trains en 1986. La société argélésienne s’est développée, séduite et a atteint un jalon en 2000 lorsque Marc a pris le contrôle. Il développe des opérations, améliore sa technicité et l’exporte à l’international, notamment aux États-Unis, où il vit régulièrement. Malgré leurs grands objectifs et les déceptions des projets suspendus, malgré les demandeurs d’emploi, le siège est toujours dans la zone artisanale d’Argelès pour des raisons émotionnelles.
Son fils aîné, Benjamin, dirige l’entreprise depuis deux ans.
A 25 ans, ce jeune homme sympathique et enthousiaste dirige la société d’exploitation Trainbus France, la société de distribution Deltrain France, une agence de publicité et une société de conseil. Passionné et impitoyable dans son esprit d’entreprise, ses idées de création et de développement font défaut! Des projets ambitieux qui pourraient se matérialiser à moyen terme, dans un meilleur environnement et qu’il préfère garder secret pour le moment.

Rouvrir le réseau

Après avoir choyé 31 moteurs partiellement équipés, les nouveaux moteurs diesel Euro6, « Ils polluent encore moins que l’électricité », Il est donc temps de rouvrir les lignes et de réactiver les réseaux.
Benjamin Elalouf: «Nous devons encourager les vacanciers à venir ici, ce qui nous permettra de réduire le chômage partiel de nos travailleurs. La saison va être courte, difficile, il faut y croire et avancer. « 
En ce qui concerne les mesures protégées à ce jour: « Les véhicules sont désinfectés trois fois par jour, une station de lavage personnalisée a été spécialement créée, un gel hydroalcoolique est disponible pour les passagers et l’utilisation d’un masque n’est pas obligatoire. »
Une reprise à laquelle le jeune leader pense depuis longtemps: «Nous devons continuer à servir tout en protégeant nos employés. Le souci financier est réel, un exemple que nous avons perdu jusqu’à présent pour plus de 60 000 passagers rien qu’à Argelès. Aujourd’hui, la grande inconnue est l’arrivée des touristes? Nous sommes affiliés à nos partenaires, qu’ils soient annonceurs ou hébergeurs, basés à Leucate et Banyuls-sur-Mer. Je veux les remercier parce qu’ils ne nous ont pas laissé partir, et nous sortirons en nous réunissant! C’est le moment de l’optimisme, nous devons nous engager ensemble, nous ne gagnerons que si nous jouons ensemble! « 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*